Cinéma

[VIDEO] Un ivoirien de 24 ans réalise un film de science-fiction sur la mythologie africaine.

Rencontre avec Yann Loïc Kieffoloh, un jeune Ivoirien vivant au Canada ayant réalisé un film de science-fiction inspiré de la mythologie ouest-africaine. Étant présentement à Abidjan, l'équipe de Buzzy Africa a tenu à le rencontrer afin d'en savoir d'avantages sur lui et sa réalisation cinématographique.


1- Présente toi à nos lecteurs

Mon nom est Yann Loïc Kieffoloh, je suis Ivoirien, j’ai 24 ans et j’ai un Master en technologies de l’information (Informatique). Je vis présentement au Canada et j’ai une passion particulière pour l’art, la photographie, le cinéma et les effets visuels.

2- En Combien de temps as-tu réalisé ce film ?

Le film nous a pris deux (2) ans pour être réalisé. C’était une belle expérience, pas facile mais qui sortait de l'ordinaire, qui a demandé beaucoup de détermination, de dévouements et de sacrifices. Entre le temps de recherche, la pré-production, la production et la post-production, il a fallu savoir comment s’adapter aux obstacles qui se présentaient à nous et savoir quand et comment adopter ou éliminer certaines options. Et ça n’a pas toujours été facile avec l’équipe interne mais les plus forts ont tenu tête.

3- Comment comptes-tu le promouvoir ?

Je compte pouvoir avoir l’opportunité d’être interviewé par des sites web et canaux comme le vôtre et pourquoi pas entamer des discussions avec des distributeurs locaux, mais aussi utiliser des services pertinents de réseaux sociaux pour pouvoir le promouvoir.

4-  Pourquoi avoir opté pour la réalisation d'un film de science-fiction ?

Le genre science-fiction m’a toujours fasciné. J’ai toujours été curieux de savoir et d’apprendre toutes les techniques visuels et de savoir comment ça fonctionne. Car, je pense qu’il est vraiment merveilleux de pouvoir témoigner de la matérialisation d’une idée. C’est comme si on faisait un petit voyage inter-dimensionnel (dimension intérieure vers dimension extérieure). Ainsi donc, quand l’opportunité s’est présentée j’ai passé jour et nuit à apprendre et essayer les techniques d'effets visuels qui jouent une partie importante dans ce genre de film.

Aussi, l’une des raisons pour lesquelles j’ai opté pour la science-fiction est que c’est un genre cinématographique qui manque au registre du cinéma Ivoirien. Et je voulais en réalisant ce film, montrer à ma patrie Ivoirienne que c’est possible de voir grand et toucher à ce qui semble intouchable ou inaccessible. 

5- Penses-tu que ce film puisse plaire aux Ivoiriens ?

Je crois que oui car comme moi, le genre science-fiction je le penses, plait et plairait à beaucoup d’autres Ivoiriens et Ivoiriennes. De plus, ce film est une production cinématographique au réalisateur Ivoirien et à pour sujet principal un aspect méconnu de la culture Africaine.

6- Donne-nous quelques secrets de tournage

Je vous en donnerai quatre (4):

- Avoir un lien solide avec son équipe et une complicité importante avec ses acteurs et actrices. 

- Tout ne se passe pas nécessairement comme prévue… Et c’est plutôt une bonne chose (rires). Car comme Paolo Coelho l’a dit : "Les routes droites ne font pas de conducteurs habiles".

- Une scène peut prendre une semaine et voire même plus à filmer dû à l’éclairage ou à une période particulière de la journée.

- J’ai dû emprunter un t-shirt à une amie une fois pour remplacer celui manquant d’une actrice. Je ne lui ai toujours pas rendu d’ailleurs (rires).

Page FacebookOrishas : The Hidden Pantheon

 

Likez cet article sur Facebook  

Plus de buzz