Mode

4 choses que vous ne savez pas sur les pagnes

Le pagne est aujourd’hui partie intégrante de la culture africaine au point où on est étonné de voir des célébrités européennes et américaines en porter. Nous devons absolument connaître le pagne africain ou Wax qui fait aujourd’hui la fierté du continent africain. Voici 5 choses que vous ne savez peut-être pas sur le pagne africain.


1- Il n’est pas originaire d’Afrique

Tout a commencé en Indonésie. La tendance consistait à appliquer des couleurs et de la cire chaude sur le tissu afin de lui donner des motifs et des contrastes colorés. Le résultat est alors nommé Batik.  La cire chaude est désignée par l’expression Wax en anglais.

2- Il est arrivé en premier au Ghana

Lorsque les Néerlandais ont annexé l’Indonésie, ils y ont fait venir des tirailleurs ghanéens. Ces derniers sont tombés sous le charme des Batik et les ont ramenés au pays en souvenir tout simplement. On doit donc son arrivée en Afrique aux tirailleurs ashantis.

3- Le marché du Wax était initialement destiné à l’Indonésie

L'idée initiale était, pour les Britanniques comme pour les Néerlandais, d'inonder le marché indonésien de wax plus vite et à faible coût. Malheureusement, les pagnes n’y ont pas connu de succès. Les Indonésiens n’ont pas apprécié le rendu des tissus qui présentaient des imperfections (craquelures, points et lignes irrégulières). Bref, les puristes n’ont pas adhéré.

4- Les Nana-Benz

Ces célèbres commerçantes ont fait fortune dans la vente de pagnes il y a plus de 40 ans. Les nanas Benz ont inventé le métier de grossiste, en revendant les wax aux commerçantes d’Afrique de l’Ouest. Les Ghanéennes, les ivoiriennes, les Béninoises : toutes se sont pressées autour des tissus chatoyants proposés par les nanas Benz. Même si aujourd’hui elles ont perdu de leurs prestiges, elles ont largement contribué à l’expansion du tissu wax.
Pour résumer, disons que le wax est indonésien d’origine, africain d’adoption, européen de fait. Il est multiculturel en un mot.

 

Vanessa ALABI

Likez cet article sur Facebook  

Plus de buzz